video-gallery

Nouveaux produits

L'exclusivité ne veut plus rien dire

Publié le 11/08/2014

On se rappelait encore ce que le mot « exclusif » sur telle ou telle console signifiait. Seulement, depuis quelques années déjà, ce mot commençait à revenir un peu trop souvent. En fait c’est parce que la notion d’exclusivité partielle entrait en jeu. Au début, nous avons vu l’exclusivité de l’année. C’est-à-dire que le jeu ne sortirait sur les autres consoles qu’après un an ou presque. Chose qui s’est avérée un peu ennuyeuse étant donné que, généralement, la console qui allait avoir le jeu plus tard, pouvait bénéficier de certains extras très intéressants, faisant pas mal de jaloux. Puis, on a eu affaire aux dédicaces spéciales destinées à chaque console, que ce soit en ajoutant des costumes des icônes exclusives de la console ou même, dans certains cas, en rajoutant des personnages jouables tirés de l’univers de la console (comme Heihachi Mishima sur la PlayStation 2 et Link sur la Nintendo Game Cube avec Soul Calibur 2). Pour enfin avoir des exclusivités sur des niveaux,… bref, ça vire à du grand n’importe quoi.

Pourquoi ce genre d’exclusivité existe-t-il sur la PS4 et la Xbox One ?

C’est bien une question que l’on pourrait se poser surtout en suivant les conférences de presse de Sony et Microsoft durant l’E3 de 2014. Pourquoi Sony et Microsoft semblent essentiellement se disputer sur des miettes de contenu de jeu ou exclusivités limitées pour les jeux?

C’est bien dommage, car on perd le sens profond du fait de posséder une console et pas une autre, de cette façon. Après tout, si on choisit une console, ce n’est pas parce qu’on la trouve jolie ! Mais c’est plutôt pour ses jeux exclusifs qui nous scotchent à notre écran pendant des heures et des heures et finissent souvent par nous marquer un long moment pour ne pas dire toute notre vie. Certains achètent une PlayStation 4 sachant qu’ils verront débarquer Uncharted 4, ou un God of War, tandis que d'autres peuvent choisir une Xbox One car ils savent qu’un Gears Of War, un Fable ou un Halo viendront aussi. Seulement voilà, le nombre d’exclusivités réelles n’est plus si vaste, et, finalement, quelle que soit la console qu’on achète, on jouera presque aux mêmes jeux. Certes, à court terme, cela permet d’augmenter les ventes de jeux et d’assurer que les consoles qui partagent un grand nombre de titres seront vendues, mais à la longue, on craint que le support de jeu perde son importance et qu’il n’affecte plus la majorité des jeux auxquels on joue. On espère simplement que les développeurs et constructeurs de consoles s’en rendent compte rapidement et qu’ils y fassent quelque chose.



COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Délais de livraison

Commandez avant 15 h

soyez livré entre 29/06/17 et le 03/07/17

Délai approximatif avec Lettre Suivie +infos